Au cours des prochaines années, les alentours de la gare de Malines vont se métamorphoser. Non seulement la ville verra se construire une nouvelle gare, mais les parcelles adjacentes à la gare vont être réaménagées pour faire partie du nouveau cœur de Malines. Beherman est un acteur essentiel dans ce projet de rénovation urbaine. Le groupe est en effet propriétaire de plus de quatorze hectares de terrain au sein de la zone de planification, qui porte le nom de “Ragheno Park”. À l’heure actuelle, le groupe négocie avec les autorités à propos de l’assainissement d’une partie de terrain affectée par une pollution historique. Le coût de cet assainissement s’élève à près de six millions d’euros. L’achèvement du parc a pris un bon départ. La Croix Rouge flamande établit son nouveau siège au parc Ragheno. Pour l’instant, la construction est en cours et devrait se terminer dans le courant de l’année 2013. C’est le début d’un renouveau pour les alentours de la gare qui non seulement dynamisera Malines, mais qui permettra également à la ville de se distinguer.

Le développement stratégique du vaste espace qui entoure la gare constitue une des lignes de force du plan d’aménagement communal de Malines. Il s’agit du projet de développement urbain le plus radical de la ville pour les prochaines décennies. Il possède un rayonnement international et met Malines en valeur. La ville Malines du 21e siècle a résolument opté pour la voie d’un concept de mobilité durable, d’une architecture audacieuse et de nouvelles solutions urbanistiques. Le résultat est la construction d’une nouvelle voie ferrée (bypass) et d’une voie de désenclavement nécessaire pour le transport de personnes et de fret (ligne tangentielle), d’une gare ferroviaire et routière polyvalente ainsi que la reconstruction des rues et des places avoisinantes, et une adaptation de circulation en conséquence.

La construction du Bypass est indispensable et urgente afin de permettre une accélération de 100 à 160 km/h pour les trains internationaux qui traversent la gare de Malines, et d’accroître la capacité de la gare notamment dans le cadre des projets DIABLO et GEN.

La gare de Malines est le principal carrefour des transports publics de la ville. C’est également le cas pour le sud de la province d’Anvers ainsi que le nord de la province du Brabant flamand. Grâce à la gare de Malines, c’est toute la région – aussi bien la ville, que la périphérie et les communes plus éloignées- qui s’ouvrent. Elle constitue également un arrêt pour toutes les lignes urbaines et régionales.

La ligne tangentielle et le bypass font partie d’un projet d’infrastructure d’une excellente qualité urbanistique et architecturale. Les deux infrastructures doivent être conçues et réalisées de manière intégrée. La gêne pour la ville et ses habitants/le public pendant la réalisation des travaux doit être minimale.

L’aménagement du bâtiment- conçu par l’architecte Salvatore Bono- est axé sur l’avenir et la convivialité d’utilisation. Les éléments essentiels de ce bâtiment et de son environnement direct sont la lisibilité, la polyvalence, l’atmosphère, l’accessibilité absolue, mettant l’accent particulièrement sur l’accès pour les personnes à mobilité réduite. Un parking souterrain d’une capacité de 2000 véhicules a été construit.

La capacité de la gare routière doit tenir compte de l’ambition de la société des chemins de fer de voir croître le nombre de voyageurs, à accueillir pour la plupart en bus. La gare des bus doit être conçue afin de pouvoir accueillir au fil du temps la donnée dynamique qu’est la capacité requise de manière efficace en termes d’espace et de coûts.

Le terrain jouit d’une situation stratégique au sud du centre historique de la ville de Malines et fait partie d’un plan d’aménagement visant le développement urbain de la ville, et plus particulièrement des environs de la gare. Ce plan d’aménagement comporte entre autres des terrains appartenant à Park Ragheno, Euro Immo Star et MG Real Estate. En vue de ce développement urbain et de la mise en œuvre du plan d’aménagement, un désenclavement est prévu sous l’actuel parking de la gare et sous (et sur) les terrains des lieux de travail centraux en direction de la zone de planification. Il s’agit d’un ensemble de terrains sous-utilisés, qui ne pourront être réutilisés que grâce à l’application de mesures structurelles, concernant aussi bien l’approche à l’égard de la pollution présente que la nécessité d’élaborer un nouveau plan d’exécution urbain. Les terrains concernés par le projet sont par ailleurs contigus et conviennent particulièrement à une approche coordonnée du réaménagement.